Accueil | Qui sommes-nous ? | Sessions | Journées | Revue | Agenda | Yves Louyot | Contact  
 
   
Inscription session
INSCRIPTION
   
 
Je m’inscris à la dernière
session de La Marge
plus d'informations
dans le numéro 68 de la Revue
   
 
   
 
Document sans titre
REVUE LA MARGE
 
Document sans titre
POUR QUE LA MARGE
CONTINUE A PARAITRE
   
 

Nous sollicitons votre soutien, en vous demandant de verser un montant de l’ordre de 7€ ou selon vos moyens.

Compte n°001 2746839-69,
avec la mention : contribution.

Merci beaucoup.

   
 
QUI SOMMES-NOUS ?
 
 

Nous sommes une association de fait comptant près de 900 sympathisants, en quête de sens et de croissance humaine.

Nous avons à coeur de nous laisser interpeller par la Bible, Parole de Dieu toujours neuve et à interpréter .

Au terme d'un cheminement avec de multiples acteurs, La Marge est née en 1996 avec Yves Louyot.

Aujourd’hui, l’animation et la coordination sont assurées par l'équipe.

 

 
 
POURQUOI LE NOM DE "LA MARGE" ?
 
 

La Marge -espace blanc- fait partie de la page, où peuvent s'annoter remarques, questions, découvertes.

Elle nous permet de sortir du texte, de nous aventurer ; ainsi la Parole se fait-elle libératrice, créatrice.

Nous ne sommes donc pas des "marginaux", mais des "originaux".

C'est dans cet esprit que nous organisons rencontres, sessions, partages ; persuadés qu'en nous interpellant, en nous écoutant, nous ouvrons des chemins d'humanité où le sens et la vie jaillissent.

Pour cela, nous faisons appel à des intervenants qui nous questionnent et nous surprennent par leur recherche, leur foi, leur authenticité, leur compétence et leur regard novateur.

 

 
 
YVES LOUYOT
 
 

… La révélation des premières pages de la Genèse* ne m’a pas été immédiatement transmise par la lecture du texte mais par le biais d’une expérience professionnelle longue de 20 ans environ parmi les exclus de la société, dans un lieu social où le langage religieux, la notabilité ecclésiastique, l’auréole sacrée d’un savoir quasi divin se trouvaient soudainement incongrus, inutilisables, voire nuisible pour la compréhension du milieu.
Ce fut à l’occasion du séjour d’une fille de seize ans dans la communauté que la première clef se définit précisément.
Elle s’était présentée, ou plutôt s’était échouée chez nous, victime d’une laideur congénitale qui lui cassait le visage en un relief très disharmonieux.
Plus de beauté minimale, plus de tendresse à vendanger ni de rêve d’avenir à nourrir.
On peut sombrer dans l’exclusion pour un simple physique disgracieux.
La fille s’était laisséaller….
L’odeur qu’elle trainait dans son sillage était insoutenable.
L’attitude élémentaire voulait qu’elle trouvât un port ou jeter l’ancre, une chance de découvrir qu’elle était une fille comme les autres. B. demeura quelques mois à la maison puis s’en fût, sans autre forme de procès, un peu réconciliée avec elle-même.
Pendant deux ans elle nous envoya des cartes postales tout juste lisibles de tous les coins où la galère la menait. Dans l’une d’elle, B. écrivit : »
J’ai pris conscience chez vous que j’étais une fille comme les autres : c’est maintenant lumineux pour moi. »
Le déclic mental se fit d’un coup lorsque je rapprochai les termes « prise de conscience » et « lumineux ».
La montée de conscience est éclairante pour celui en qui elle s’accomplit. La prise de conscience est donc lumière.
C’est en ce point précis que l’interpellation biblique rejoignait l’expérience du terrain : en effet, pourquoi la première intervention attribuée à Dieu au début de la Genèse* se traduit-elle par le mot « Lumière » ?
Le maître mot de toute la Bible serait-il Prise de Conscience ?....

* : Voir la Session : Les 7 jours de la Genèse

 
     
 
 
Document sans titre
LA MARGE - Rue Konkel, 70/4 - 1150 BRUXELLES - BELGIUM | email : contact@lamarge.be |  Mentions légales | Plan
 
Anne-Marie PEIFFER